Défi culturel #2 - Un mois, que des classiques

Aujourd'hui je vous retrouve pour la deuxième édition des défis culturels. Si tu débarques et que tu ne sais pas ce que c'est, je t'invite à aller voir cet article où je t'explique tout, tu vas voir c'est se cultiver de manière chouette et interactive, à plusieurs ! 

Bilan du bilan culturel #1 - Se nourrir de citations

Soyons honnête à 100% : ça a foiré. Tant de mon côté que du côté de la réception. Par twitter je me suis rendue compte que les défis culturels pouvaient intéresser mais pas forcément celui-ci. Mais ça n'a pas fonctionné pour moi également. J'avais sous-estimé le choc de l'entrée à la fac et l'adaptation est réellement dure. Je suis la première surprise, mais c'est un tout nouveau système et une nouvelle manière de travailler auxquels s'adapter et pour l'instant, c'est difficile. Du coup je nai pas consacré énormément de temps à ce défi et je n'ai finalement appris que la tirade de Macbeth. Mais je pense que la forme lui faisait également du tort. J'aime apprendre des bouts de textes mais s'obliger à ne faire ça que pendant un mois rend la chose monotone et même précipitée. Donc je pense que je vais continuer à me pousser à les apprendre, mais de manière bien plus ponctuelle et plus détendue. Donc ce n'est pas un premier bilan très satisfaisant, mais ce n'est pas grave, c'est le début.


Défi culturel #2 - Un mois que des classiques français

Dès que j'ai pensé aux défis culturels j'ai eu envie d'intégrer des défis lecture parce que ça une grande importance pour moi et que je trouve ça sympa de sortir de sa zone de confort (et je pense que ce n'est que le premier et il y en aura plein). En l'occurrence sortir de ma zone de confort en ce moment signifie "me remettre à lire des classiques". Je ne vais pas me lancer ici dans un débat sur la définition du classique, d'autant plus que je suis d'accord pour dire que des livres jeunesse peuvent être aussi marquants/institués dans leur genre. Toutefois, ici je vais poser des limites au classique dixit mon prof de littérature d'hypokhâgne : un livre qui n'est pas contemporain et qui peut être intégré dans les programmes scolaires. Je pense que vous voyez à peu près le panel qui s'étend devant vous. Personnellement j'ai arrêté d'en lire au cours de l'année dernière parce que j'ai besoin d'une certaine disposition d'esprit pour en profiter complètement et intégrer tout ce que ces livres renferment. Ils sont généralement très riches et si j'adore en découvrir, j'ai vraiment besoin de me sentir bien pour les lire. J'ai donc décidé que ce mois-ci me permettrait à nouveau de rentrer dans cette littérature. 
Je me suis fixée un objectif numérique qui reste plutôt soft parce que j'ai peur de ne pas avoir le temps et ce sont donc surtout des livres courts. J'ai choisi de lire cinq livres, dont une pièce de théâtre. J'ai également décidé de lire au moins deux autrices sur les quatre romans parce qu'on ne nous les fait jamais découvrir à l'école et que j'ai une grosse lacune dans ce domaine là. J'ai choisi des livres qui étaient dans ma pile à lire depuis longtemps afin de ne pas en racheter et de satisfaire des envies anciennes. Je vais donc lire :
- Elle et lui de George Sand
- L'amant de Marguerite Duras
- L'éducation sentimentale de Gustave Flaubert
- L'arrache-coeur de Boris Vian 
- Huis clos de Jean-Paul Sartre
Si j'ai fini avant la fin du mois, j'enchaînerai plutôt sur des lectures classiques d'autrices puisque j'ai toujours lu beaucoup d'hommes (et que là encore ils sont en nombre dominant). Evidemment, le thème de ce défi reste de lire des classiques français mais vous pouvez donc choisir votre "méthode" : en choisir moins, ne choisir que des femmes, choisir des recueils de poésie et j'en passe ! N'hésitez pas à me dire ce que vous avez sélectionné, ça me fera plaisir (il y a les commentaires mais j'irai aussi checker le hashtag #déficulturel)


Voilà voilà, je lance ce deuxième défi culturel en espérant que le thème vous plaira. Je vais essayer de repenser le concept et j'accueille vos critiques avec plaisir, si vous avez des idées sur la façon dont il pourrait se dérouler ou des idées de thèmes. 

Ce qui a marqué mon été 2016

Alors que le temps devient tout gris dehors, je viens vous livrer mon bilan de cet été 2016 - tout en essayant de me persuader que le 21 septembre est une bonne date de publication puisque c'est officiellement le début de l'automne, m'voyez ? J'ai décidé d'introduire cette catégorie au blog afin de continuer à faire des favoris régulièrement. J'avais envie que ces derniers soient thématiques et, si au début je pensais les faire tous les mois, je me suis dit que ça allait vite devenir rébarbatif et vide de sens (parce que clairement, j'ai pas des choses intéressantes à vous présenter tous les mois). De fait, j'ai décidé de faire un bilan à la fin de chaque saison. Il comprendra ce que j'ai aimé comme objets, des découvertes culturelles, mais aussi des moments clés de ces trois mois passés. J'ai envie que ces articles deviennent un petit condensé de bonheur sur une saison. Trêve de blabla, je commence avec cet été qui ne contient aucun objet parce que je me suis délestée de beaucoup de choses matérielles et que je me suis plus attachée aux souvenirs et à la culture ces derniers mois.


SUR INTERNET

MargaudLiseuse. Cet été j'ai fait un gros tri dans mes abonnements youtube, enlevant ce que je regardais par automatisme et qui m'énervait pour les remplacer par des personnes traitant des sujets qui m'intéressaient. Je n'ai jamais été très attirée par booktube, même si j'adore la lecture : je trouve que ça tourne vite en rond, on note un tas de bouquins qu'on ne lira jamais... et puis je suis tombée sur MargaudLiseuse et je l'ai trouvé réellement chouette. C'est une personne toute calme, dont les vidéos m'apaisent instantanément et qui sait parler des livres. Je regarde très régulièrement ses vidéos depuis que j'ai découvert sa chaîne et ça me fait beaucoup de bien.

SensCritique. SensCritique est un site assez connu qui permet de recenser des livres, des films, des jeux vidéos, des musiques, etc. On peut y noter ce qu'on veut lire/voir, ce qu'on a déjà parcouru et surtout faire des listes sur le thème que l'on choisit. Vous pouvez suivre des personnes dont les goûts sont similaires aux vôtres, permettant de vous donner des idées. J'ai commencé à l'utiliser très régulièrement en début d'année, même si je ne vous en parle que maintenant (mon profil étant Camillosaure). Cela me permet de garder trace des titres que je veux lire ou voir, mais aussi de ce que j'ai déjà lu/vu : je suis tête en l'air, j'oublie tout et maintenant au moins je sais qu'il reste une trace de mon activité culturelle dans un endroit précis. Dès qu'une idée ou un nom me passe sous les yeux, je les note là-dedans. J'aime tout particulièrement le concept de listes qui permet de retrouver facilement ce que l'on cherche dans un domaine précis. Je fais notamment des listes de livres que j'ai lu dans l'année, et la même chose pour les films et séries : cela me permet de garder des traces chiffrées de mon activité culturelle. C'est un site que je recommande chaudement à ceux qui aiment tout consigner quelque part !


ÉVÉNEMENTS - Je crois que je n'ai jamais autant bougé que cet été. Je refaisais une valise ou un sac quasiment toutes les semaines et je ne me suis quasiment jamais posée à la maison (ce qui n'était pas plus mal puisqu'on était en travaux tout l'été et que j'étais assez contente d'échapper à cette ambiance poussiéreuse). Je suis allée à Milan et à Londres, j'ai passé deux semaines dans ma Bretagne adoré, quelques jours à Saint-Malo, une semaine avec des amis, quelques jours chez ma grand-mère. J'ai réellement adoré pouvoir bouger autant sans me soucier d'être dans un endroit où je pouvais bosser pour la prépa, ça a été une libération. Alors voici une mention pour les moments que j'ai préféré (avec une grande difficulté pour les choisir hem).

Mon voyage à Londres. Je l'attendais depuis trois ans, sans cesse à le repousser pour différentes raisons. En début d'année, je me suis décidée : comme récompense à mes deux ans de prépa, j'irai à Londres. J'ai trouvé un petit baby-sitting régulier, j'ai décidé de ne rien dépenser en bricoles superflues (et j'ai tenu !) et j'ai économisé les cadeaux qu'on me faisait. Je me suis payée ce voyage globalement seule et je suis assez fière de moi. Mais ça reste surtout un super souvenir avec une amie que j'aime énormément. On a vécu la semaine à cent à l'heure, on en a pris plein les yeux, on a beaucoup rigolé, j'ai enfin vu les studios HP : ça reste un de mes plus beaux voyages.

Mon premier passage à Saint-Malo. Une amie m'avait proposé en juin de l'accompagner dans une thalasso qu'on lui avait offerte, sans aucun frais à part le train et j'avais bien sûr accepté, curieuse de découvrir autre chose. Pour la première fois je suis donc allée en Bretagne du nord, à Saint-Malo, ville très mignonne qui m'a permis de retrouver la mer le temps d'un week-end. Je me suis baignée au coucher de soleil dans une mer aux couleurs merveilleuses, j'ai passé du temps avec une amie, j'ai vécu dans une chambre vue sur mer, j'ai super bien mangé et je me suis fait chouchouté. Une bonne façon de finir l'été !

Milan ou la spontanéité. Je vous l'avais dit dans l'article de Milan : la spontanéité ce n'est pas mon fort, et ce voyage m'a un peu permis de remédier à cela. La réservation un peu brusque du voyage, les longues heures de bus qui m'ont fait admirer le paysage des montagnes sous la brume, les journées à vagabonder dans la ville... Milan a été mon premier échappatoire de l'été et j'avais réellement besoin de ça.

Ma rencontre avec Elisa - attention ceci risque d'être un peu niais. J'ai une seule fois rencontré irl quelqu'un de l'internet et c'était il y a très longtemps. Je suis une personne timide, avec un fort sentiment d'insécurité, qui ne pense pas forcément être intéressante ou qui a parfois du mal à penser que les gens l'apprécient. J'ai rencontré Elisa sur twitter il y a un moment maintenant, je l'aime beaucoup et ça fait partie des personnes que j'admire. Elle cherchait un logement pour une nuit sur Paris et je lui ai proposé de venir chez moi, contente d'avoir une occasion de la rencontrer. Et il se trouve qu'on s'est bien entendu, et c'est une personne gentille et intéressante, et j'étais vraiment heureuse d'avoir réussi à dépasser ma timidité et mes insécurités et de la rencontrer.


CULTURE

Gilmore girls. Je n'avais jamais regardé Gilmore girls mais j'en avais pas mal entendu parlé et surtout j'aime beaucoup Alexis Bledel. Donc quand j'ai vu que la série allait être mise sur Netflix (oui parce que Netflix est aussi une de mes grandes découvertes de l'été dont je suis à jamais reconnaissante), j'ai un peu sauté dessus. Et je me suis faite les sept saisons cet été. Il y a plein de trucs problématiques (la question de l'avortement est complètement éludée, la représentation est pas top...) mais ça reste drôle, ça détend et les personnages sont très attachants. J'ai hâte que la suite de la série sorte en Novembre, ça va clairement animer mes soirées.

La lecture de Pierre Bottero, notamment Le pacte des marchombres. Au moment des concours j'ai relu La quête d'Ewilan parce que ça faisait un moment que ça me travaillait l'esprit. J'avais très peur d'être déçue, que mon souvenir d'enfance tout doré soit en fait une belle grosse farce... mais non ! J'ai juste adoré ma lecture, plus de dix ans après, et j'ai pu me confirmer que Pierre Bottero écrivait vraiment bien. Du coup, les lectures des Mondes d'Ewilan et du Pacte des marchombres ont rythmé mes semaines en Bretagne. Mais je vous en parle dans un prochain article !

God help the girl. Alors ça c'est un peu mon coup de cœur de l'été. Je n'ai pas regardé énormément de films cet été, et aucun ne m'a marquée plus que ça. Mais God help the girl m'est restée dans le cœur tout l'été entre les acteurs (tous les trois géniaux et portant très bien leur rôle), l'ambiance de l'époque avec tout le soin porté aux costumes et aux décors mais aussi la mise en scène qui est très soignée et très agréable. Le scénario aborde le sujet sérieux de l'anorexie, sans jamais que ce soit attaqué de plein front et jeté dans des clichés ou grossièrement traité. Un gros plus pour la BO : c'est un film musical (puisque c'est sur une fille qui monte un groupe de musique) et la bande son est juste incroyable. Je l'ai passé en boucle tout l'été tellement je l'ai aimé. Bref un coup de cœur comme je n'en avais pas eu depuis longtemps.

La redécouverte des expositions et des musées. Avec la prépa j'ai raté beaucoup d'expositions parce que je n'avais pas de temps pour les faire - pour certaines ça m'a beaucoup frustrée d'ailleurs, d'autant plus que c'est un milieu que j'affectionne particulièrement. Le fait que mon orientation se précise dans ce domaine m'a aussi poussée à les multiplier cet été et donc j'ai cherché à en faire un maximum : musée d'Orsay, Paul Klee, Fashion Forward, Beat generation, Barbie, le musée de Pont-Aven, le musée Boudin de Honfleur, Scènes de vie impressionnistes à Rouen et bien sûr les musées de Londres. Dès que j'avais l'occasion de voir quelque chose dans une ville où j'allais, je n'hésitais pas. J'ai aimé découvrir des peintres que je ne connaissais pas, en redécouvrir d'autres que j'aimais et ça m'a fait beaucoup de bien. 


MAIS SURTOUT

Je me suis graduellement libérée de la prépa. Alors comme ça, on dirait un peu que je regrette ma prépa, que ça a été un enfer et tout, mais je crois qu'il me faut du temps pour digérer ma khâgne et en faire un bon souvenir. Pour l'instant, ce qui me revient en mémoire c'est une hypokhâgne étincelante, stimulante et une khâgne beaucoup plus brouillonne où ma réussite scolaire était presque amère à cause du peu de plaisir que j'en tirais. Je ne sais pas pourquoi j'ai aussi peu réussi à m'épanouir en khâgne. Le burn-out m'a comme anesthésiée de tout plaisir d'apprendre, je me sentais vide la plupart du temps. J'adore apprendre, je suis curieuse, j'aime lire et ça en devient troublant quand vous vous sentez vide au point de ne plus pouvoir toucher un bouquin. Cet été m'a permis de renouer doucement avec moi-même et de me poser. De savoir où j'en étais et de me rendre compte que j'étais toujours curieuse. J'ai vraiment ressenti ma curiosité grandir à nouveau et c'était un sentiment très agréable. En ce moment, je fourmille d'envies mais aussi d'idées créatives. Parce que la prépa avait aussi interrompu toute créativité et envie de filmer des choses, de monter, d'écrire. Tout cela revient en force et je suis pleine de volonté pour sortir quelque chose de concret de mon imagination. C'est un sentiment qui me donne envie de vivre à nouveau normalement et d'être active. Et ça change tout, vraiment. A la fin de mon été, j'ai revu une amie qui avait été témoin de beaucoup de mes craquages de l'année et elle m'a dit que j'avais l'air étonnement détendue, que ça faisait longtemps qu'elle ne m'avait pas vu aussi bien et que c'était agréable de me voir comme ça. Aujourd'hui, je me sens prête à attaquer mon année et ma vie post-prépa de manière positive et en faisant grandir ce que je suis. Un ami m'avait dit que souvent, tout est une question de vision et de volonté. L'année dernière, je ne me sentais pas capable d'appliquer ce principe de choisir la vision qu'on a de sa vie pour la diriger. Parfois c'est juste trop dur et c'est normal dans ces moments là de fléchir et d'être indulgent avec soi-même. Mais en mai, j'ai décidé de passer un bon été et ça a été le cas. Cette année, j'ai décidé que je serai heureuse. Et je vais faire en sorte que ce soit le cas.

Défi culturel #1 - Se nourrir de citations

Je suis quelqu'un de naturellement curieuse. J'aime apprendre, surtout dans les domaines de la littérature, des arts et de l'histoire. J'aime me cultiver parce que c'est un peu comme grandir continuellement de l'intérieur. On a alors la sensation d'accumuler une petite richesse qui permet de multiplier les liens entre les différents domaines et de réfléchir sur ces derniers. Je suis sans cesse stimulée et il y a plein de choses marquées sur ma liste "à apprendre, à lire, à explorer". J'ai souvent l'impression d'avoir des lacunes dans une culture générale que je veux compléter, mais aussi dans une culture plus personnelle de sujets qui me touchent, de domaines qui m'intéressent particulièrement. La plupart du temps, je sens que je vis quelque chose de difficile quand cette stimulation extérieure s'éteint, non pas parce qu'elle a cessé mais parce que je ne suis moi-même plus disponible intellectuellement. Je suis vide et paradoxalement plus rien n'arrive à me remplir et plus rien ne parvient à éveiller ma curiosité. Je me suis beaucoup sentie comme ça l'année dernière : alors que l'hypokhâgne m'avait stimulée intellectuellement, la khâgne n'a su réveiller mon attention que de rares fois. Et depuis que je sais que je change de cursus, le flux de curiosité s'est naturellement remis en marche. Je suis sans cesse en train de penser au fait que je vais avoir le temps de découvrir plein de choses et j'ai hâte.
J'ai juste un léger problème : je suis une procrastinatrice invétérée et je suis quelqu'un d'éparpillée. Oui, j'ai envie de découvrir plein de choses. Oui, je vais le faire. Mais le fait est qu'il y a des choses qui m'attirent dans tous les sens et il y a un tas de manières de combler mes lacunes culturelles. La réalité c'est que je sais que si je ne me pose pas des limites sous forme de petits défis quotidiens, rien ne sera fait parce que je croulerai sous les choses auxquelles je pense. J'ai énormément fait cela en terminale et aujourd'hui j'ai envie d'y remédier parce que je peux à nouveau prendre le temps pour ça. J'ai envie d'arrêter de me dire "oh tiens, j'aimerais bien me renseigner sur ça", "oh tiens, il faut que je regarde plus de films/lise plus de livres", "oh tiens, j'aimerais bien réussir à faire ça moi aussi". Au début de l'été, je me suis dit que j'allais me poser un défi culturel par mois pour être sûre de faire quelque chose. Les sujets sont larges mais restent dans les domaines qui m'intéressent que je n'exclue pas d'élargir avec le temps : lire tel type d'ouvrages, travailler une nouvelle langue, y voir plus clair dans la mythologie, aller à une expo où je n'irai pas spontanément, améliorer mon niveau en géographie (non parce que je sais pas vous, mais moi je suis nulle là-dedans, c'est lamentable)... Très honnêtement, au début je ne pensais pas particulièrement en parler ici. Puis je me suis dit que ce serait sympa de partager à propos de ce qu'on apprenait et j'ai eu envie que ceux intéressés puissent m'accompagner là-dedans.


Alors voici l'idée : je publierai un article tous les mois avec le thème du défi, la direction que je souhaite prendre pour l'accomplir et à quel moment je le considérerai réussi. L'article contiendra également un bilan du défi précédent, ce que j'en ai pensé, ce que ça m'a apportée. Et après, c'est un peu à vous de jouer. Je ne veux pas en faire quelque chose de restrictif, ni pour vous, ni pour moi. L'idée n'est pas de se mettre la pression en mode "oh non, j'ai le défi à tenir, je suis nul.le si je n'y arrive pas, idiot.e si ça ne m'intéresse pas". Donc les règles d'or à suivre sont ici :
1. Je fais le défi s'il m'intéresse, me stimule, me fait plaisir, éveille ma curiosité. Ouaip, ce n'est pas un objet de torture censé vous rappeler les cours que vous n'aimiez pas, c'est pour se cultiver en se faisant plaisir, se sentir grandir un peu à chaque fois.
2. Je le mets à ma dimension. Comme je vous l'ai dit, je vous expliquerai dans mon article quelle direction j'ai choisi, mais vous n'êtes pas obligés de suivre précisément la même. Si vous ne vous sentez pas capable de faire autant, si vous voulez en faire plus, si vous souhaitez faire différemment, ce n'est pas un problème. L'adapter vous permettra de l'apprécier d'autant plus, mais également de donner des idées aux autres (et à moi-même héhé). 
3. L'idée de ce défi c'est de partager. Je vous invite donc à me dire en commentaire, sur twitter et sur instagram avec le hashtag #déficulturel, par mail (lejardinsecretdecamille@gmail.com) comment vous faites, comment vous le vivez, si vous avez besoin de conseils ou si vous avez des idées à me donner (sur le défi en cours ou pour un prochain - que je créditerai bien sûr). J'aime énormément parler de mes découvertes. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle j'ai créé ce blog, j'ai envie de partager. Alors ouvrir ce défi culturel à d'autres personnes me semblait tout à fait aller dans ce sens.

Pour ce mois de septembre, j'ai prévu un défi plutôt léger parce que c'est la rentrée, on découvre une nouvelle classe, un nouveau boulot, une nouvelle manière de travailler ou d'habiter, que sais-je encore. Il y a quelque chose qui m'a toujours fascinée : les personnes capables de réciter de tête des passages de romans, des tirades de théâtre ou des poèmes. J'ai une amie passionnée de théâtre qui d'un coup quand on parlait du Cid a commencé à en réciter une tirade. La toute dernière fois où j'ai vu mon grand-père, on discutait de notre expérience avec Proust et il a réussi à me sortir un passage entier, si beau. Je dois avouer que c'est beaucoup à lui que je pense quand j'ai cette envie d'apprendre des textes. Personnellement, j'ai abandonné la mémorisation en seconde quand ma prof a arrêté d'en faire. Pourtant, outre le fait que c'est une bonne façon de travailler la mémoire, j'aime cette idée d'avoir toujours avec soi des bouts de littérature qui nous ont marqué. 
J'ai donc décidé que ce mois-ci, je me nourrirai de citations. J'ai choisi deux méthodes : 
1/ apprendre des passages qui m'ont marquée : une tirade de l'acte 5 de Macbeth, la tirade Perdican dans On ne badine pas avec l'amour et The laughing heart de Charles Bukowski.
2/ mémoriser les citations qui me marqueront au cours de ce mois-ci 
Je vais sûrement privilégier la première méthode ceci dit. Encore une fois, libre à vous d'adapter, de choisir un passage à retenir en particulier ou une autre méthode : n'hésitez pas à me partager tout cela !


J'avoue que cette nouvelle catégorie m'excite et m'effraye. J'y ai pensé tout l'été, j'ai élaboré des choses, mais j'ai également très peur qu'elle tombe à l'eau et que personne ne soit intéressée. A la base de ce défi, je recherche réellement la notion de plaisir. J'aime ce que l'Histoire a laissé derrière elle comme créations diverses et variées : j'ai envie de les connaître, de les comprendre. Alors, si c'est également votre cas, je vous invite chaudement à me suivre dans ces petits défis culturels. J'espère réellement qu'il y aura certains d'entre vous pour partager avec moi ce plaisir.  Sur ce, je vous souhaite une bonne rentrée et vous envoie une pluie de courage.