Coups de cœur à Londres

J'ai tenu ma promesse du nouvel an et je me suis offert mon premier voyage à Londres cet été. J'ai économisé toute l'année pour finalement réussir à le payer. J'en garde un souvenir étincelant. J'ai fini sur les rotules, malade, mais j'étais tellement heureuse et j'avais tellement envie de prolonger le séjour. Je suis partie avec des personnes chères à mon cœur, avec qui on avait planifié toutes les activités pour faire un maximum de trucs. J'attendais ce voyage depuis longtemps et je suis contente que tout se soit bien déroulé comme je le voulais, je n'avais pas profité comme ça depuis longtemps. Aujourd'hui, je vous livre donc mes dix coups de cœur de Londres.

1. Voyager en auberge de jeunesse. C'était la première fois que je voyageais en auberge de jeunesse. Souvent, je pars avec mes parents ou une bande d'amis et prendre un appartement est plus pratique. Mais là, à trois puis deux personnes, on s'est dit que la solution la plus avantageuse serait une auberge de jeunesse. Et effectivement, les prix étaient clairement avantageux pour les logements, tout en étant assez près du centre. On a logé dans le Wombats city hostel, à tout juste dix minutes de marche de l'arrêt de métro Tower Hill et Aldgate east. C'est une auberge tout récente, très chaleureuse, avec une cuisine spacieuse et un bar ainsi qu'une large gamme de dortoir (plus ou moins grands, mixtes ou non, etc). C'était aussi une occasion de parler plus facilement aux gens, puisqu'il y a beaucoup de jeunes et on a pu échangé un peu avec des personnes très sympas (je ne vous cache pas que je n'ai toutefois pas complètement vaincu ma timidité et que tous les mots anglais restaient coincés dans ma gorge). Bref, c'était une expérience très chouette, à refaire.

2. Aller aux studios Harry Potter. *insérer ici des bruits d'excitation et des gestes de convulsions avec bras et jambes partant dans tous les sens* ALORS OUI, ENFIN. J'Y SUIS ALLÉE. Je suis une grande fan d'Harry Potter, ça a bercé mon enfance et adolescence et depuis j'ai relu de multiples fois les bouquins. Et honnêtement, mon envie d'aller à Londres était motivée au moins à 40% par la visite des studios (avec l'amour de la culture britannique et la vivacité de la ville certes). Bref je tenais à le faire et j'étais extrêmement heureuse d'y aller puis d'y être allée. La visite est vraiment géniale, très bien faite et on voit plein de choses. On se rend compte de l'investissement que ça a été, de la création énorme qu'il a fallu mettre en place. Les explications données sont pas mal, sûrement mieux avec l'audioguide mais personnellement je voulais partager avec mes amies avant tout. Et non, ça ne vaut pas le coup seulement pour les fans (même si du coup, je vous laisse imaginer le paradis que c'est pour eux) mais pour tout le monde, dixit une de mes amies qui aime bien mais sans plus. On voit réellement comment le film est construit et comment on arrive aussi bien à rêver en le regardant. Un conseil : économiser aussi pour la boutique parce qu'elle est clairement magique (pun intended). 

3. Se promener dans la ville. Ce n'est pas la ville que j'ai préféré au niveau de l'architecture, mais elle est vivante et s'y promener est agréable. J'ai beaucoup aimé les bâtiments de briques rouges, les petites ruelles du côté de Covent Garden, le contraste des bâtiments dans la City, les maisons majestueuses de Notting Hill et de South Kensington. Chaque quartier a son architecture, donc on a souvent l'impression de passer d'un univers à l'autre. Je pense que je prendrai plus mon temps la prochaine fois parce que j'avais envie de faire tellement de choses qu'on a un peu trop speedé. 

4. Ramener des bouquins. Alors, certes, c'est un conseil surtout pour ceux qui aiment lire, mais pour les amoureux des livres, c'est juste un endroit parfait. J'ai trouvé les livres peu chers comparés à ceux en France. Des bouquins de YA, qu'on a l'habitude d'acheter entre 15 et 20€, étaient ici à 7-10£ (c'est avantageux même avec le change). Point positif en plus, purement lié à l'esthétisme, les couvertures sont pour la plupart très jolies et j'ai acquis là-bas certains de mes plus beaux livres. Mon adresse préférée : les librairies Waterstones qui sont souvent immenses et vendent aussi des livres d'occasion. J'y suis allée trois fois dans le séjour et à chaque fois je me sentais au paradis.

5. Se faire du bien au ventre. Ici je vous partage quelques unes des adresses qui m'ont contentée pendant le séjour. Concernant les supermarchés - parce qu'on mangeait souvent à l'auberge le soir -, on a découvert le tesco market qui fait des plats préparés indiens et des sandwiches (tout cela végétariens) très bons. Dans les restos, j'ai particulièrement apprécié The Breakfast club pour les petits déjeuners anglais bien fournies (et toutes les assiettes avaient l'air si bonnes) et Sagar, un resto indien végé abordable près du British Museum. En street food, je vous conseille mille fois le Borough Market où on peut manger de la nourriture du monde entier à moindre prix mais avec de qualité : ma première expérience (réussie) des spécialités des Balkans ! Enfin, les cookies de Ben's cookies sont clairement à recommander.

6. Pique-niquer dans les parcs. Il y a de nombreux parcs à Londres, dont la renommée n'est plus à faire. Alors, si j'ai fait l'acte impardonnable de ne pas aller à Hyde park, on s'est tout de même baladé dans St James's park, dans les jardins de Kensington (où il y a une statue très chouette de Peter Pan) et à Primrose Hill (avec une superbe vue de la skyline de Londres). Ce sont beaucoup de jardins à l'anglaise donc c'est très agréable de s'y promener, on a soudain l'impression d'être au milieu de la nature. Evidemment, on y a pique-niqué souvent parce que cela permettait d'économiser sur la bouffe. On a notamment testé EAT, une adresse type Prêt à manger qui a des sandwichs plutôt bons.

7. Traîner dans les musées. Londres a un très beau choix de musées (dont beaucoup sont nationaux et GRATUITS). Je n'ai clairement pas fait le tour parce qu'on s'est beaucoup beaucoup baladé à côté mais le Tate Britain et le British museum ont de très belles collections dans lesquelles on aimerait passer plus de temps. J'ai également fait la National Portrait Gallery, dont j'ai trouvé la muséographie plutôt réussie puisqu'elle évite de tomber dans l'ennui de la multitudes de portraits en parcourant l'histoire du Royaume-Uni et les personnages majeurs qui la traversent. Une chouette manière d'en savoir plus !

8. Prendre un afternoon tea (et ramener du thé de Fortnum and Mason ou de The tea house). C'est un des meilleurs souvenirs de mon voyage. Avec mon amie, on voulait absolument prendre un afternoon tea parce que c'est une tradition anglaise et qu'on est toutes les deux fans de thé (et j'avoue, ça avait l'air très très bon). Le problème, c'est que c'est vite cher et qu'on n'avait pas le budget pour le faire dans un joli salon de thé. On a donc choisi le Madd Hatter's café, sur le thème d'Alice au pays des merveilles qui propose deux formules : une à 9£ et une à 14£, ce qui reste très raisonnable (surtout qu'après vous pouvez facilement vous passer de dîner, croyez-moi). On a réservé et on n'a pas du tout été déçues. L'afternoon tea était copieux avec des sandwiches, des petits bouchées, un gâteau au choix dans les desserts du jour et bien sûr, le thé (on a pris un ice tea et un tea latte tout doux). C'était très bon et les thés étaient délicieux. On y est d'ailleurs retournées en retombant dessus au cours d'une balade.

9. Traquer les traces de ses films et séries préférés. Parce que c'est Londres et qu'on voit tellement Londres dans les films qu'on y reconnaît des endroits. C'est aussi une ville où s'affiche la culture britannique et c'est chouette. J'ai surtout cherché des lieux de tournage d'Harry Potter (avec le Leadenhall market si joli et le Millenium Bridge), mais j'avoue qu'on a aussi fait le tour des lieux cultes de la pop culture comme le Tardis ou le 221B Baker Street. Et je n'oublie pas la très jolie librairie de Notting Hill dont le modèle a servi pour Coup de foudre à Notting Hill !

10. ... Prévoir d'y retourner ;). J'y ai passé une bonne semaine, j'ai fait un tas de choses et si je suis ravie de ce que j'ai vu et visité, j'ai déjà envie d'y retourner. J'ai envie d'aller voir une comédie musicale à West End, de voir la National Gallery, le Victoria and Albert museum et le Tate Modern, d'aller à Hyde Park, de voir Little Venice, d'assister à une pièce au Globe theater, de goûter les pancakes de Breakfast club, de prendre plus de temps dans les quartiers du centre... Bref, j'ai l'impression que cette ville est inépuisable et j'y retournerai dès que possible, c'est certain.

La tour de Londres 

 
Saint Dunstan in the East - un petit coin de Paradis dans la City

 Le premier déjeuner au Breakfast club, un gros brunch délicieux

Vue de la City depuis le Tower Bridge

La plus belle journée du séjour : les studios Harry Potter étaient un gros rêve devenu réalité
(et surtout je l'ai fait avec des personnes très chouettes alors j'étais contente) 

Trafalgar square 


Le très sympathique St James's park 


<< Deuxième étoile à droite et tout droit jusqu'au matin. >> 

Buckingham palace (ben oui, hé, je suis une touriste hein)


Notting hill et ses très jolies maisons 

Petit coin magique dans les jardins de Kensington  

Un afternoon tea beaucoup trop délicieux au Madd Hatter's café 

Le musée d'histoire naturelle dont le bâtiment est magnifique

Le fameux Camden Town 

Le quartier de Primrose Hill trop mignon et dont le parc est très chouette 


Le British museum, beaucoup trop grand pour tout faire en une fois mais dont la collection est sublime 



 Le premier fish and chips de ma vie avec plus de gras que de nourriture

 Les petits coins choupinets dans le centre de la ville

Piccadilly Circus 

Le Tate Britain - sa collection est vraiment chouette et j'ai enfin vu des Turner et des Waterhouse (et du préraphaélisme)  



Le Globe theater où j'aimerais bien voir une pièce un jour 

Du miam des Balkans au Borough market 

Des petits souvenirs de là-bas qui sont un peu un résumé de ma vie

La douceur de ma Bretagne

La Bretagne est une destination privilégiée par ma famille depuis que je suis petite et on y est tout particulièrement attachés grâce à mes grands-parents. C'est un peu devenue ma région de cœur, où j'aime passer des moments en famille, me reposer, profiter de la mer et surtout des paysages que j'aime énormément. Après des années de fréquentation soutenue, on a eu envie de voir autre chose les deux derniers étés, pendant lesquelles on a surtout voyagé à l'étranger. Et finalement, on a décidé d'y retourner cet été parce que les paysages et l'ambiance nous manquaient (tout en ayant énormément profité de l'enrichissement des deux étés précédents bien sûr). Je crois que ça m'a fait beaucoup de bien et que ça m'a ressourcée. J'avais besoin de ça, j'avais besoin d'un endroit que je connaissais où je pouvais juste me poser et réfléchir - ou ne pas réfléchir d'ailleurs. J'ai passé une année difficile qui semblait ne jamais s'arrêter à force de concours, résultats, oraux, résultats... Puis juste avant de partir en Bretagne, alors que je pensais avoir les derniers résultats bien après et que je me rongeais les sangs, j'ai enfin eu tous les résultats en mains. J'étais admise en école de commerce et acceptée pour une double-licence d'histoire - histoire de l'art à la Sorbonne. C'était à moi de décider. 
Je me suis finalement lancée et j'ai endigué mes doutes afin de prendre une décision. Je vais donc en double-licence à la rentrée et je suis réellement heureuse. Un sentiment de sérénité m'a envahie une fois mon choix fait. Cette fois, je n'étais plus flippée à l'idée de devoir faire une troisième année : je pouvais tourner la page de la prépa et me préparer pour autre chose. J'ai commencé à faire des projets en sachant que je pourrai les mener à bien, que ce seront des choses concrètes bientôt et non pas des projections d'un hypothétique futur. Bref, j'étais plus détendue et la Bretagne m'a permise de rester dans cet état. Ça m'a fait beaucoup de bien de juste me balader au bord de la mer, me baigner et lire des heures durant. J'ai aimé la lumière qui entrait dans ma chambre en fin de journée, les litres de thé glacé avalé et le sable chaud sous mes pieds. Et c'était chouette d'escalader les rochers, de ramasser des coquillages et d'acheter plus de livres qu'on n'en lisait parce qu'il y avait des braderies et de jolies librairies. Je crois vraiment que c'était les vacances parfaites pour cette fin de prépa, parce qu'elles m'ont juste permise de me ressourcer et de me sentir mieux avec moi-même. Maintenant je suis pleine d'énergie et prête à abattre des montagnes, à me prouver que j'ai fait le bon choix pour mon avenir. La rentrée approche et même si je suis anxieuse, j'ai hâte de commencer cette nouvelle page de ma vie. Enfin voilà, je vous laisse avec les photos des jolis paysages de Bretagne qui j'espère vous raviront les yeux. 



















Sorties culturelles à Paris

La fin de la prépa a bien sonné et m'a permis de reprendre une certaine liberté : se promener sans se soucier de l'heure à laquelle on rentre, aller voir des expositions et des films à la chaîne dès qu'on en a envie, passer des soirées entre amis... Je dois dire que ça fait du bien de ne plus se poser la question du temps bouffé par mes loisirs et qui n'est alors pas investi dans la lecture de Voyage au bout de la nuit. Certes, j'exagère un peu, et j'ai conscience que mon rythme sera moins détendu à la rentrée prépa ou non, mais je suis de ces personnes qui ont eu l'idiotie de mettre trop de choses de côté en prépa, alors je profite. En l’occurrence, j'avais envie de vous proposer des idées de sorties culturelles à Paris, si jamais vous habitez la région ou que vous allez en vacances là-bas. 


Paul Klee, l'ironie à l'œuvre – Centre Pompidou, jusqu’au 3 août. C’était la première fois que j’allais au centre Pompidou – j’ai d’ailleurs noté d’y retourner dans ma tournée des musées de Paris que je n’ai pas encore visités. Le bâtiment est tout de même vraiment sympa et en l’occurrence, l’exposition se trouve au dernier étage donc on peut profiter d’une jolie vue sur Paris. J’y suis allée notamment parce que ma mère aime cet artiste. Personnellement, cela me permettait de découvrir l’œuvre de Paul Klee. Je trouve ça réellement pratique pour se familiariser avec un artiste et j’ai trouvé ici que la muséographie facilitait cela. En effet, ils ont fait le choix de nous présenter chronologiquement un échantillon de ses peintures, sous le prisme de l’ironie qui anime une grande part de ses travaux – à savoir qu’ils précisent que ce n’est pas seulement le ton de la moquerie qu’ils cherchent à viser là, mais également le ton d’amusement qui anime le peintre. Et c’est vrai que cela transparaît vraiment bien dans certaines périodes de sa vie comme dans les dessins des débuts, dont certains sont véritablement amusants ou lorsqu’il se place face à l’œuvre de Picasso et lui répond comme un écho moqueur. Parfois, ce prisme est plus subtile, comme lorsqu’il intègre l’école de Bauhaus en tant que professeur mais décide de ne pas se fondre dans les règles de l’art qui y est enseigné. J’ai beaucoup aimé cet axe directeur et, globalement, j’ai aimé l’œuvre qui m’était présentée. Si le coup de cœur n’était pas présent (vous savez, ces moments où vous découvrez l’œuvre d’un artiste et tout vous semble incroyable, si bien qu’il fait partie de vous ?), j’ai tout de même beaucoup aimé certaines œuvres. Son utilisation des couleurs est ce qui m’a le plus plu. Sa palette est incroyable et les couleurs se répondent avec une certaine harmonie. Cela m’a donc permis de faire une jolie découverte et d’accroître mes connaissances en histoire de l’art.


Fashion Forward, trois siècles de mode (1715 - 2016) – Musée des arts décoratifs, jusqu’au 14 août. J’aime bien voir l’évolution de la mode, qui montre souvent un cheminement significatif dans la société. Et puis j’aime les beaux vêtements. J’aime admirer les tissus, la manière dont ils tombent et sont assemblés. J’aime me voir dedans ou les imaginer sur d’autres dans des scènes de ville et de campagne qui ne sont plus de ce temps. J’avoue que j’ai un gros faible pour les vêtements des nobles du XVIIe, du XVIII, les robes des années 20… En bref, j’aime quand le vêtement me fait voyager et, clairement, un de mes plus vieux rêves est d’être figurante dans un film historique et d’avoir un costume à tomber par terre. Le thème de cette exposition m’a forcément attirée : voir comment la mode a évolué avec des exemples précis, le pied quoi. D'autant plus que les vêtements sont rarement exposés car ils se dégradent facilement. Globalement, je n’ai pas été déçue. Il y a une note explicative sur chaque époque, avec des exemples de vêtements notamment féminins. On comprend plutôt bien l’évolution, l’apparition de la haute couture est marquée par une salle. Il y a forcément des pièces plus fournies, je pense notamment à celle sur les années 20 où les robes exposées sont à tomber par terre. Bref, c’est plutôt sympa. Puis la dernière salle enchaîne les années, des années 40 à nos jours, avec des créations de haute couture qu’on ne voit que dans les défilés. Et là, j’ai eu plus de réserve. J’aurais aimé qu’on continue sur une histoire de la mode et non pas de la haute couture, quitte à mélanger les deux puisque ce qu'il se passe sur les défilés influence le prêt-à-porter. J’aurais donc apprécié que l’on nous montre comment la mode évolue dans les années 50, 70, 90 avec des exemples types de styles qui les traversent. Mais c’est réellement le seul point qui m’a frustrée parce qu’il y a sinon de très belles pièces et c’est le genre d’exposition qui me fait rêver.


Le Rocky Horror Picture Show - Studio Galande, les vendredi et samedi soirs. Depuis un moment déjà je voulais regarder ce film qui a fait un bide formidable lorsqu’il est sorti dans les années 70 mais est ensuite devenu culte pour la jeunesse américaine. La tradition aux Etats-Unis est de le voir avec une troupe qui joue le film pendant que celui-ci est projeté, tout en faisant des blagues et en interagissant avec le public, lui-même costumé. L’exemple le plus concret que j’ai à vous donner est celui de The perks of being a wallflower où les amis de Charlie font justement partie d’une troupe qui fait ce genre de spectacle. Je voulais donc le voir pour le côté culte, mais ça me fascinait que ce genre de spectacle existe et j’avoue que j’avais très envie d’assister à l’un d’eux. C’est là qu’une de mes amies m’a appris que deux troupes se relayaient au studio Galande à Paris pour propager cette tradition et j’y ai donc assisté avec mes amis en juin. C’était vraiment une bonne expérience. Le film est très bon et plutôt révolutionnaire pour son époque (je vous renvoie à la vidéo de La fille aux soufflés pour son analyse et qui, je viens de le réaliser, parle aussi du studio Galande). Je pense que le spectacle ajoute un bonus non négligeable. La troupe était vraiment drôle et c’est sympa de se sentir part du spectacle, ça ajoute un plus à la bonne humeur générale. On nous a demandé de faire la danse du Time Warp, de lancer du riz pendant les mariages et de l’eau pendant l’orage et des victimes malheureuses se sont aussi vues escaladées par les acteurs à certains moments. A part quelques blagues limites (qu’ils renouvellent forcément puisque certaines blagues étaient très actuelles), ce spectacle valait vraiment le coup et c’était une bonne façon de découvrir le Rocky Horror Picture Show. Je vous encourage chaudement à aller les voir. 


Si vous avez des conseils d’expositions ou sorties culturelles à faire à Paris, je suis preneuse, maintenant que je retrouve ma liberté ! J’ai déjà pour projet de faire celle sur Barbie (dont j’ai beaucoup entendu parlée) et celle sur la Beat generation (groupe qui me fascine et sur lequel je veux plus apprendre). Je vous tiendrai bien sûr au courant si cela m’a plu ! Bon, la prochaine fois, c’est promis, je ne vous parlerai pas d’expositions qui finissent dans 15 jours et j’essayerai d’anticiper. C’est tout de même un article que je voulais faire et je compte continuer dans cette ligne culturelle qui me plaît bien. J’espère que cela vous a plu et je vous embrasse.